Chaud ou froid : à chaque blessure sa solution

samedi 28 janvier 2017

Chaud ou froid ? Quelle méthode utiliser pour soulager la douleur ? quels sont les bons réflexes à adopter.

Foulure, entorse, crampe : après une blessure, on se demande souvent quelle méthode rapide utiliser pour estomper la douleur. Pour savoir s'il est préférable d'employer du chaud ou du froid, il est nécessaire de connaître les effets de l'un et de l'autre sur le muscle. L'application locale de froid a pour effet de ralentir les réactions inflammatoires, tandis que le chaud a pour effet inverse d'améliorer la circulation sanguine et de détendre le muscle. L'effet recherché, quant à lui, reste le même : soulager la douleur.
Quels sont les effets de la chaleur sur le muscle ?
Rémi Mifsud, médecin du sport : « La chaleur provoque une vasodilatation : les vaisseaux se dilatent. Il y a un meilleur apport d'oxygène et d'énergie vers les muscles, qui se décontractent. »

Quels sont les effets du froid sur le muscle ?
Docteur Mifsud : « Le froid, c'est l'effet contraire de la vasodilatation : c'est la vasoconstriction sur le muscle, c'est-à-dire qu'e sous son effet, les vaisseaux se resserrent et le muscle se contracte. Quand on prend un coup sur un muscle, le froid permet de diminuer la taille de l'hématome. »

Est-ce qu'alterner chaud et froid sur une même blessure ou douleur musculaire est déconseillé ?
Dr Mifsud : « Cela n'apporte rien chez les sportifs. Soit on est en préparation à l'effort et là, on chauffe le muscle pour créer de l'énergie, soit on est dans la phase post-entraînement ou post-compétition et là on met du froid pour récupérer plus vite. »

 

 

Voici quelques situations :

L'hématome
L’hématome est un amas de sang qui apparaît sous la peau en cas de choc dû à une chute ou un coup.

 

 

L'oedème
L’œdème est un gonflement du tissu, souvent dû à une insuffisance veineuse qui s’accompagne parfois de varices. «En plus de soulager, le froid va réduire la taille des vaisseaux, et donc réduire également les gonflements.»

 

La déchirure musculaire ou claquage
Lésion musculaire la plus importante, le claquage est une rupture des fibres musculaires causée par un manque d’échauffement ou un effort trop intense.

 

L'entorse ou la foulure
Cette distorsion des ligaments est fréquente en sport et le karaté, par exemple, n’y coupe pas. Une mauvaise réception ou un pivotement trop brusque du corps et c’est la cheville, le plus souvent, qui souffre.

 

Les courbatures

 

La crampe

 

Appliquer

Du froid  «Pour stopper ou réduire l'hématome.»

 

Appliquer

Du froid  «En plus de soulager, le froid va réduire la taille des vaisseaux, et donc réduire également les gonflements.»

 

Appliquer

Du froid : «Si on est atteint d’un claquage, c’est du froid pour limiter l’hématome mais c’est aussi consultation urgente chez un médecin.»
L'entorse ou la foulure

 

Appliquer

Du froid «On a un hématome qui se crée et qui provoque un saignement. Le froid permet alors de ralentir le saignement et d'éviter l'enflure.»

 

Appliquer

Du chaud«Dans le cas des courbatures, on préconise du chaud et des étirements. Le muscle ayant besoin de récupérer, il faut qu’il soit vascularisé pour drainer les composantes de l’effort musculaire, notamment l’acide lactique, responsable de la production d’énergie.»

 

Appliquer

Ni chaud ni froid«C’est un autre mécanisme : il s’agit d'une contraction musculaire involontaire lorsque le sang circule mal dans les vaisseaux. On préconise plutôt les étirements dans ce cas.»

 

En conclusion
Le froid peut être utilisé en secourisme, particulièrement en milieu sportif. Il a plusieurs effets :
1. effet antalgique : le froid calme la douleur
2. action anti-inflammatoire : le froid permet d’atténuer la formation d’hématomes, oedèmes...
3. action hémostatique : le froid diminue le saignement des fibres musculaires lésées (car il provoque le rétrécissement des capillaires sanguins).
Outre ces effets, le froid a l’avantage d’être bien supporté, facile à appliquer, peu cher. Ses applications sont très larges. Cela justifie de le prévoir systématiquement lors d’interventions en milieu sportif. Le froid n’a pas les inconvénients des pommades anti-inflammatoires en antalgiques (risque d’allergie), qui sont de toute façon proscrite sans avis médical.
Il ne faut pas appliquer de froid sur une peau lésée : plaie, fracture ouverte...
Technique générale d’application
Pour être réellement efficace, l’application de froid doit être réalisée immédiatement après le traumatisme. Le refroidissement doit durer 20 min. Moins long, il serait moins efficace. Plus long, il peut avoir des effets indésirables et ne doit donc pas être prolongé.
Toujours placer entre la source de froid et le membre traumatisé une compresse humide ou un linge mouillé d’eau (pour faciliter et uniformiser les échanges thermiques)
Vérifier périodiquement l’état de l’installation, s’assurer que le froid est bien supporté (possibilité très rare d’allergie au froid). Un changement d’aspect de la peau doit faire suspecter un refroidissement trop intense.Il est préférable de surélever les membres refroidis
En cas de traumatisme grave, ne pas oublier que l’application de froid ne remplace pas la consultation médicale !La reprise de l’activité sportive doit faire l’objet d’un nouvel échauffement.